Go to top
Devenir éleveur

Devenir éleveur

L’élevage de chats de race est un projet des plus passionnants. L’éleveur pourra y retirer un réel plaisir et s’y accomplir à travers ses découvertes et accomplissements. Le démarrage d’un élevage représente un lot de défis considérables. L’un d’eux  consiste  à obtenir la confiance d’éleveurs expérimentés. Ceux-ci doivent accepter de confier un chaton issu de leur lignée (et portant leur nom) à un éleveur débutant pour des fins de reproduction. Ces éleveurs reçoivent plusieurs demandes pour des chatons reproducteurs et doivent sélectionner ceux qui ont le meilleur potentiel afin d’assurer l’avenir de leur lignée.

Cet article a pour but d’outiller  les éleveurs en devenir afin de leur permettre d’entamer leurs démarches avec brio. Le CRCC encourage la coopération entre éleveurs afin de rehausser la qualité des Rex de Cornouailles produits au Canada. Le démarrage d’une chatterie demande de la préparation et de la planification. Ce genre de projet laisse peu de place à l’erreur.

Vous devez posséder les connaissances adéquates, un espace adapté à l’élevage, du matériel adapté et des ressources  financières prévoyant des frais de départ importants. Une mauvaise préparation pourrait générer une fâcheuse situation tant pour l’éleveur que pour les chats.

Selon le CRCC, voici les questions à se poser et les étapes à suivre pour le nouvel éleveur AVANT de débuter les investissements :

  1. Suis-je prêt à investir de l’argent ?

L’élevage professionnel prend parfois plusieurs années à se rentabiliser puisqu’au début, les dépenses excèdent les revenus. Les ressources financières de l’éleveur doivent permettre d’absorber les pertes des premières années sans négliger les soins de santé de ses chats. Il est tout de même possible que l’éleveur continue à essuyer des pertes au fils des années s’il survenait une maladie ou un évènement hors de son contrôle. (Ex : décès d’un reproducteur, vol, césarienne etc.) Il faut également prévoir d’investir pour l’achat de reproducteurs de qualité, au pays ou à l’étranger. Atteindre un budget équilibré est possible mais l’élevage n’en demeure pas moins une passion et non un gagne-pain.

  1. Suis-je bien certain de mon choix de race?

Il n’est pas rare que des éleveurs connaissent leur coup de foudre pour une race alors qu’ils sont déjà en opération avec une autre. Bien que ceci ne soit pas dramatique, il est plus judicieux de prendre le temps de bien choisir avant d’investir. Plusieurs facteurs doivent être considérés : le coup de cœur pour la race est certes très important, mais la loi de l’offre et de la demande est non négligeable puisqu’il existe présentement des races plus populaires que d’autres et le marché est déjà saturé pour certaines races.

Le nouvel éleveur doit être conscient que des lignées non conformes au standard de la race circulent présentement. En choisissant le Rex de Cornouailles il faut savoir qu’il y a du travail à faire pour améliorer la race puisque beaucoup de ces chats ont été produits sans égard au type recommandé dans le standard.

Un éleveur averti aura préalablement considéré les possibilités pour plusieurs races, y compris celles inexistantes au Canada, qui pourraient gagner à être connues!

Pour consulter la liste des races au Canada, consulter les pages suivantes :
http://www.chatscanadacats.ca/publique/les-races.cfm
https://www.cca-afc.com/Breeds/Default

  1. Suis-je prêt à travailler en équipe?

La coopétition! Voilà le mot d’ordre auquel les éleveurs du CRCC se rallient. Bien que chacun gère sa chatterie selon ses objectifs personnels et son plan d’élevage, certains aspects font l’objet d’un travail de groupe pour un but commun. Ainsi, un éleveur qui décide de n’en faire qu’à sa tête, sans tenir compte des besoins de l’ensemble des éleveurs et de la race, pourrait se voir fermer des portes.

  1. Qu’en est-il des lois et règlements?

Il est absolument indispensable à tout nouvel éleveur, et profitable à tous les autres, de s’instruire et de s’informer sur l’administration d’une chatterie. De même, il doit se conformer aux obligations légales ou d’ordre éthique émises par sa province, son territoire, son association et son club de race.

Voici un lien vers des formations pertinentes :
http://www.chatscanadacats.ca/publique/nos-formations.cfm

  1. Qu’enest-il des pédigrées et des enregistrements?

Pour produire des chatons de race pure selon la loi au Canada, ceux-ci doivent être enregistrés auprès d’une association canadienne. Le ChatsCanadaCats (CCC) et la Canadian Cat Association (CCA) sont les deux associations actives au Canada. Toutes les autres associations (TICA, CFA, LOOF, WCF, etc.) sont basées à l’étranger et leurs chats et chatons ne figurent donc pas dans les registres canadiens. Le CCC et la CCA diffèrent par leurs principes et leurs valeurs. L’éleveur doit choisir son association et c’est en s’informant et en posant ses questions qu’il trouvera ses réponses. Il doit ensuite y adhérer et réserver son nom de chatterie pour pouvoir enregistrer ses chats reproducteurs et les chatons produits. Il peut être profitable pour l’éleveur désireux de participer à des compétitions à l’international d’enregistrer également ses chats reproducteurs auprès d’une association étrangère.

Pour en savoir un plus sur les différentes associations :
http://cfa.org/
http://www.chatscanadacats.ca/
http://www.loof.asso.fr/actus/cesite.php
http://www.wcf-online.de/WCF-FR/wcf/wcf.html
https://www.cca-afc.com/
https://www.tica.org/en/

  1. Suis-je à risque pour les maladies?

Bien que tous les élevages soient vulnérables, le risque devient beaucoup plus élevé si l’éleveur est mal informé sur les modes de transmission des agents infectieux, les protocoles de désinfection, de sectorisation, d’isolation et de traitement. Un éleveur qui ne connait pas les maladies génétiques liées à sa race et qui ne procède pas aux examens ou tests de dépistages se met à risque de graves problèmes éventuels. L’éleveur doit être prêt à suivre des formations et à investir dans un protocole élaboré sérieusement pour développer et maintenir
une lignée en santé.

Plusieurs ressources et formations existent pour les éleveurs :
http://azca.ca/formation-canine-et-feline-au-quebec/
http://clubeleveursroyalcanin.ning.com/
http://educhateur.com/activites-conferences
http://www.chatscanadacats.ca/eleveurs/formation.cfm
https://www.animaquebec.com/

Tests génétiques
http://labgenvet.ca/
https://www.vgl.ucdavis.edu/

  1. Qu’est-ce que le standard ?

Le standard d’une race est l’ensemble des attributs physiques ainsi que de traits comportementaux (allure, tempérament), exprimés par les individus appartenant à une race. Le standard est le produit d’une convention entre les éleveurs d’une race donnée, dans notre cas le Rex de Cornouailles.

Pour développer une lignée de qualité, l’éleveur a avantage à s’informer, étudier, analyser, de même que consulter les standards établis selon les différentes associations internationales. Il peut aussi comparer des images, discuter avec d’autres éleveurs et participer aux expositions pour avoir l’avis des juges qualifiés. Un jugement qui met à jour un défaut n’est après tout qu’une critique constructive qui ramène l’éleveur sur le droit chemin.

Le tempérament fait également partie du standard de la race. L’attitude des chatons et leur capacité à intégrer leur nouveau foyer font également partie des responsabilités de l’éleveur. Ce dernier doit être en mesure de comprendre la base du comportement félin, la socialisation des chatons ainsi que l’enrichissement du milieu de vie de ses chats.

Le standard du Rex de Cornouailles est défini différemment selon les associations à travers le monde :
http://cfa.org/Breeds.aspx
http://www.chatscanadacats.ca/docs/standards/ccc-standard-race-rex-cornouailles-FR.pdf
https://www.cca-afc.com/Breeds/Standards
http://www.loof.asso.fr/standards/guide.php
https://www.tica.org/en/cat-breeds/item/200-cornish-rex-introduction

  1. Vers qui pourrais-je me tourner?

Le CRCC offre une source d’information toujours grandissante pour les éleveurs et procure un lieu d’échange entre éleveurs dans un but d’entraide et d’avancement.

L’éleveur débutant a tout intérêt à trouver un mentor pour le guider dans les différentes étapes de démarrage et même ensuite. Ce dernier lui exposera les erreurs à éviter, les trucs infaillibles ou réfléchira avec lui face à  un problème. Personne ne gagne à rester seul. Une tape sur l’épaule, un conseil bien placé, voilà qui peut faire toute la différence dans la réussite d’un projet d’élevage!

Note : par souci de transparence, les références ont été présentées dans l’ordre alphabétique des adresses web.

 

© TOUS DROITS RÉSERVÉS. CE DOCUMENT EST LA PROPRIÉTÉ DU CRCC – CLUB DU REX DE CORNOUAILLES DU CANADA